France -Sénégal : Accord de coopération signé pour la maîtrise de l’énergie

France -Sénégal : Accord de coopération signé pour la maîtrise de l’énergie

Ça y est, c’est officiel ! La coopération entre l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et l’Agence pour l’économie et la maîtrise de l’énergie (AEME) du Sénégal sera davantage renforcée.

Celle-ci est matérialisée par un Mémorandum de coopération signé récemment par Ségolène Royal.

Une coopération en faveur du climat

Sous la tutelle du Ministère de l’Environnement et du Développement durable sénégalais, les deux agences collaboreront dans le but de :

  • Réaliser le projet TyCCAO. C’est un programme qui mise sur la valorisation du « Typha » en Afrique de l’Ouest. Ce matériau de construction dispose d’une excellente propriété isolante. Il peut également être utilisé comme combustible permettant de produire de l’énergie. Le coût du projet est évalué à 1,5 milliard d’euros. Il sera financé par le Fonds français de l’environnement mondial.
  • Construire un bâtiment bioclimatique dans la Ville Nouvelle de Diamniadio.
  • Mettre en œuvre un projet d’aménagement de 250 logements sociaux à Sokone et Sandiara. Le coût du projet est de 500.000 euros. Il sera pris en charge par le Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer.

Améliorer l’efficacité énergétique et mieux gérer l’énergie

La coopération entre l’ADEME et l’AEME vise notamment à :

  • Promouvoir les compétences des acteurs locaux. Des guides pratiques concernant l’efficacité énergétique seront ainsi produites. À cela s’ajoute une session de formation sur le thème « Bâtiment Bas-Carbone et Ecoconstruction » ;
  • Mettre en place un service d’accompagnement et de renforcement de capacités. L’objectif est d’instaurer la réglementation thermique dans le bâtiment. Il vise également à produire des référentiels sectoriels en matière de consommations énergétiques et de promouvoir l’étiquetage énergétique des équipements électroménagers ;
  • Réaliser des opérations pilotes en termes de bâtiments bioclimatiques comme ceux réalisés à Sokone et Sandiara ;
  • Mener des actions d’information et de sensibilisation et développer des outils permettant le changement de comportements du grand public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *