Sans tout-à-l’égout, votre maison doit être dotée d’un système d’assainissement individuel. Mais que faire lorsque vous ne disposez que d’un petit terrain, ou bien lorsque vous n’avez aucun espace pour en installer un ?

C’est une situation embarrassante, mais pas insurmontable. Installer une fosse septique sans terrain n’est pas vraiment possible, mais il existe des solutions de substitution, comme nous vous proposons de le voir !

En France, plus de 5 millions de logements ne sont pas reliés au tout-à-l’égout

Lorsque vous tirez la chasse d’eau, lorsque vous faites la vaisselle ou prenez une douche… vous produisez des eaux usées. Le problème est que ces effluents domestiques sont pollués. Ils renferment des germes, détergents, graisses, bactéries et autres éléments organiques qui peuvent présenter des risques pour la santé des personnes et l’environnement. Ils doivent donc être traités avant d’être évacués dans la nature.

Savez-vous où vont ces eaux est comment elles sont traitées ? En général, elles sont déversées dans les égouts, puis acheminées vers une station d’épuration publique. Elles y seront donc purifiées afin d’être réutilisées ou restituées dans le milieu naturel.

Normalement, c’est une obligation de se raccorder au réseau de collecte publique quand c’est possible. Mais ce n’est pas toujours envisageable, notamment pour les habitations éloignées de la ville. En France, l’impossibilité d’accéder à l’égout concerne actuellement plus de 5 millions de logements. Ces habitations sont ainsi contraintes d’avoir leur propre dispositif de traitement des eaux usées (du genre fosse septique) et se conformer à certaines règles concernant l’assainissement non collectif.

La fosse septique : de quoi s’agit-il ?

fosse-septique-sans-terrain

Si vous ne souhaitez pas défigurer le peu de terrain que vous avez, il existe plusieurs solutions !

La fosse septique est une cuve chargée de recevoir les eaux usées de votre logement. Initialement, il s’agissait d’une fosse qui ne recevait que les eaux des toilettes, mais ce type de fosse est désormais interdit. On installe à l’heure actuelle des fosse toutes-eaux (FTE) qui, comme leur nom l’indique, reçoivent toutes les eaux usées du logement.

On continue toutefois d’appeler les FTE « fosse septique », par abus de langage !

La fosse septique est emblématique des filières traditionnelles. Une filière traditionnelle est composée d’une fosse septique suivie d’un épandage. Ce type d’installation a été anciennement très prisé en France.

Le lit d’épandage utilise les propriétés du sol pour traiter les eaux usées domestiques. Mais son emprise au sol nécessite plus d’une cinquantaine de mètres carrés. D’autant plus que cette surface sera inutilisable étant donné que les tuyaux de raccordement sont enterrés à seulement quelques centimètres de profondeur.

Si vous n’avez pas beaucoup de terrain disponible, c’est donc plutôt l’épandage qui pose problème, car la fosse a une emprise au sol assez faible : 5 à 10m² tout au plus.Heureusement, il existe d’autres systèmes adaptés à votre situation. Ces dispositifs sont communément appelés filières agréées.

Les filières agréées

En termes de filières agréées, vous avez deux options, à savoir le filtre compact et la micro station d’épuration.

Obtenez un devis gratuit sans engagement"micro-station

text-lines-1-300x300

Vous serez mis en contact avec :

  • Un expert de l'assainissement
  • Dans votre région
  • Qui étudiera votre projet personnalisé
  • Gratuitement
  • Sans engagement

Devis gratuit

Le filtre compact

Ce système est composé d’une fosse toutes eaux (fosse septique) et d’un média filtrant. Il est généralement constitué de fibre ou copeaux de coco, des matériaux très riches en bactéries aérobies capables de digérer les effluents dans les eaux usées. Ces média filtrant sont 100 % naturels, très faciles à entretenir et à recycler.

En réalité, les eaux sont tout d’abord pré-traitées dans la fosse septique. Elles sont tout d’abord mises au repos pour permettre aux boues lourdes et aux matières solides de décanter au fond. Les substances les plus légères comme les graisses, quant à elles, vont monter en surface pour constituer un chapeau de flottants. Des bactéries anaérobies vont se développer dans la fosse septique pour ensuite liquéfier les boues et les matières solides.

Les eaux usées pré-traitées sont acheminées vers le massif filtrant. Elles se déversent dans la cuve via un auget qui assure une dispersion équitable des eaux sur toute la surface du média filtrant. Ce dernier assure la filtration physique des polluants résiduels dans les effluents. Des bactéries aérobies vont également se développer sur ce substrat naturel lorsqu’elles sont alimentées en oxygène via un système de ventilation. Ces micro-organismes vont digérer les matières polluantes restantes et abattre les autres éléments qui peuvent nuire à la santé humaine et à l’environnement. En sortie de filtre compact, les eaux assainies peuvent être rejetées dans la nature.

Mais pourquoi cela s’avère une bonne solution si vous n’avez qu’une petite parcelle. En effet, ce système d’assainissement ne requiert qu’une emprise au sol très réduite (environ 10 m²) alors qu’il offre des performances épuratoires excellentes !

La micro station d’épuration

Une micro-station d’épuration est un dispositif autonome qui permet de traiter l’ensemble des eaux usées issues des baignoires, douches, lavabos, toilettes, WC. Elle reprend le fonctionnement d’une station d’épuration urbaine, mais en version miniature.

Ce dispositif fait également appel à des micros organismes qui y sont toujours présents (bactéries, enzymes) pour détruire les matières organiques dans les eaux. Pour qu’elles soient épurées convenablement, les eaux vont traverser 3 phases (décantation, réaction biologique et clarification). Une fois ces étapes passées, les eaux sont assainies. Comme pour une fosse septique, cette filière ne peut pas recevoir les eaux de pluie, car celles-ci risquent de perturber son fonctionnement.

Ce dispositif est dans la plupart des cas fabriqué en monocuve. Il est donc ultracompact, c’est-à-dire que son emprise au sol ne dépasse la plupart du temps pas 5m².

La micro station utilise une technologie à culture fixée et un lit bactérien. Cela permet de traiter efficacement les eaux usées sur le long terme. Mais ce qui rend encore cette option plus intéressante, c’est qu’elle peut être installée même hors sol.

Micro-station ou filtre compact : quel dispositif choisir ?

Pour faire simple, sachez que la micro-station est la solution la plus adaptée aux résidences principales qui sont occupées régulièrement pendant toute l’année. La raison est que c’est un dispositif qui offre un rendement épuratoire élevé (jusqu’à 99 %) et c’est actuellement la filière la plus compacte du marché.

Par contre, la loi interdit l’installation de cette filière en résidence secondaire, car elle a des difficultés à supporter les fortes variations de charges. De plus, la micro-station n’est pas éligible à l’éco-prêt à taux zéro puisqu’elle a besoin d’énergie pour fonctionner.

Quant au filtre compact, vous pouvez en installer un dans tous les types de logements (résidence principale ou secondaire). Son fonctionnement est considéré comme écologique dans la mesure où il traite les eaux usées tel qu’une filière traditionnelle. Par contre, ce dispositif a une emprise au sol supérieure à celle d’une micro-station d’épuration. Nous vous recommandons donc d’opter pour cette filière en résidence secondaire.

Micro station hors-sol, comment l’installer ?

En cas de manque ou d’inexistence de place en extérieur, vous pouvez opter pour l’installation d’une micro-station hors-sol. Pour cela, vous allez poser votre dispositif d’assainissement en surface, dans un sous-sol, dans une cave ou dans un garage.

L’astuce, c’est de recréer les mêmes conditions que lors d’une pose enterrée, en construisant un mur de soutènement autour du dispositif dont le but est de remplacer le soutien naturel de la terre.

Une fois que le dispositif est en place, vous allez remblayer le tout avec du sable. Les couches de sable font office de barrage et de filtration en cas de fuite, réduisant ainsi les risques de pollution et de contamination.

Sans terrain, sans cave ni hangar…Où installer votre système d’assainissement ?

Dans ce cas, ne vous découragez pas encore, car il existe d’autres pistes que vous pouvez exploiter.

La première solution envisageable, voire avantageuse, est de regrouper l’assainissement de deux ou plusieurs maisons voisines qui ne disposent pas encore d’un dispositif individuel.

Le système à mettre en place doit dans ce cas être parfaitement dimensionné pour permettre un groupement d’immeubles.

C’est une option intéressante, car plusieurs propriétaires peuvent ainsi se partager les coûts d’achat du dispositif et de son installation. Il faut tout simplement se mettre bien d’accord avec les copropriétaires pour garantir la gestion partagée de cette organisation sur le long terme.

Autre solution : vous pouvez déposer une demande d’autorisation d’installer votre micro-station ou votre filtre compact sur une parcelle communale.

Le cas échéant, nous ne saurions trop vous recommander de demander l’accord de votre voisin pour qu’il vous accorde un espace de 5 à 10 m2 pour mettre en place votre système d’assainissement. Bien entendu, il est souvent difficile d’obtenir un tel accord, mais cela vaut toujours la peine d’essayer.

Qui peut mettre en place votre système d’assainissement compact ?

Avant toute installation d’un système d’assainissement non collectif, adressez-vous à un bureau d’études et à votre SPANC. Ces deux institutions sont les mieux placées pour vous indiquer les normes à respecter. Elles pourront également vous conseiller sur les filières les plus adaptés à votre logement, les travaux à entreprendre et les spécialistes à qui vous pouvez vous fier.

Pour installer votre dispositif d’assainissement, vous pouvez faire appel à un bureau d’études assainissement ou une entreprise spécialisée.

La mise en place d’un système d’assainissement est une opération complexe. Il est donc fortement conseillé de vous tourner vers un spécialiste agréé. Celui-ci pourra mener l’ensemble des travaux requis selon les règles de l’art, du terrassement à la mise en marche, en passant par le creusage, la plomberie et les raccordements.

Ainsi, vous pouvez avoir l’esprit tranquille quant à la sécurité et la conformité de votre filière au regard des normes en vigueur. Grâce à cela, vous pouvez aussi garder les garanties qui accompagnent votre dispositif.

Quelles sont vos obligations lorsque vous installez un assainissement individuel ?

Vous venez d’installer un système d’assainissement autonome ou regroupé, alors la loi vous oblige à assurer l’entretien de votre dispositif et faire appel à un professionnel agréé pour réaliser périodiquement les vidanges. Ceci permet d’assurer le bon fonctionnement de votre micro-station.

Le dispositif doit également être accessible aux SPANC pour que ce service puisse contrôler son état et son bon fonctionnement. Lors des opérations de contrôle, vous devez vous acquitter d’une certaine redevance.

Enfin, lorsque vous allez céder votre logement, vous devez annexer à la promesse de vente le document qui atteste que le dispositif a été contrôlé par le SPANC. Ce document doit dater de moins de 3 ans et s’ajouter aux 7 autres diagnostics immobiliers (amiante, installations électriques, gaz, performances énergétiques, plomb, risques naturels et technologiques et termites).

Quel budget prévoir pour l’assainissement individuel ?

Comparées aux filières traditionnelles, c’est-à-dire les fosses septiques avec épandage, les filières agréées sont plus chères à l’achat. Mais le coût du projet dans son ensemble revient quasiment au même lorsqu’on intègre les dépenses liées aux traitements et l’économie de terrain que vous pouvez réaliser avec une micro-station ou un filtre compact. A titre de comparaison, voici quelques fourchettes de prix (pose comprise) :

  • Fosse septique et filtre à sable drainé : 3 500 à 6 000 euros.
  • Fosse septique et tertre d’infiltration : 7 000 à 11 000 euros.
  • Micro-station d’épuration : 5000 à 8000 euros.
  • Fosse septique et filtre compact : 6000 à 10 000 euros.

NB : Il convient de noter que, pour la micro-station hors-sol, les frais d’installation du dispositif sont moins élevés que pour une micro-station enterrée. Ceci, parce que la construction du mur de soutènement et le raccordement du dispositif sont moins onéreux que les travaux de terrassement qui nécessitent souvent un engin plus ou moins important.

Conclusion

Pas de tout-à-l’égout, pas de terrain pour installer votre système d’assainissement ! Alors que faire ?

Ce qu’il vous faut, c’est un système compact qui puisse être installé sur une petite surface, voire dans votre cave.

Vous avez donc deux solutions : la micro station ou le filtre compact. Ces deux systèmes ont chacun leurs avantages respectifs. À vous de choisir le dispositif adapté à votre situation et à vos besoins.

Si la configuration de votre terrain venait encore à poser des difficultés, n’hésitez pas à installer une micro station hors sol. Enfin, n’oubliez pas que l’installation de ces dispositifs doit toujours être réalisée par une entreprise spécialisée en assainissement ou par un installateur agrée.