Le brasage est une technique largement utilisée dans les industries pour l’assemblage de deux pièces métalliques. Y recourent notamment les secteurs automobile, de la construction, aéronautique, de la construction navale et ferroviaire, des travaux publics, de la sidérurgie et de l’énergie. Afin de braser convenablement le métal ou le cuivre, il est important d’utiliser une baguette de brasage de qualité.

Quelle différence entre soudage et brasage ?

Tout d’abord, le brasage est à distinguer du soudage. Le brasage désigne une opération consistant à assembler deux pièces par fusion d’un métal d’apport sans fusion du métal de base. Le métal d’apport en question peut être l’étain ou l’argent. Sa température de fusion doit être inférieure à celle du métal de base.

Le soudage, quant à lui, désigne un procédé consistant à fusionner deux pièces métalliques par fusion du métal de base et du métal d’apport. Dans la majorité des cas, les températures utilisées sont celles qui permettent la fusion des matériaux et du métal d’apport.

Que ce soit en brasage ou en soudage, l’objectif est de conserver la performance mécanique des pièces assemblées. La brasure quant à elle présente ses propres intérêts. Puisqu’elle est réalisée à basse température, elle ne fait pas fondre le métal de base. Par conséquent, elle assure un contrôle plus serré des tolérances. Elle permet aussi d’obtenir un joint propre sans qu’il soit nécessaire de faire une finition secondaire. Au même titre que le soudage, le brasage est également solide et résistant. Deux techniques de brasage existent : le brasage tendre (fusion du métal d’apport inférieur à 450 °C) et le brasage fort (fusion du métal d’apport allant de 600 °C à 1000 °C).

Quel type de baguette pour souder le cuivre ?

Pour braser le cuivre, deux solutions s’offrent à vous : la brasure tendre à l’étain et la brasure forte avec des baguettes au cupro-phosphore.

Le brasage tendre à l’étain du cuivre

La brasure tendre du cuivre se réalise avec un alliage à base d’étain. Celui-ci peut fondre entre 180 °C et 450 °C. L’atout de la brasure à l’étain est qu’elle est plus facile à réaliser car elle ne nécessite aucune température élevée. Lors de cette opération, il est important de porter des équipements de protection, comme un tablier, des chaussures, des gants, des lunettes de protection et un casque.

La brasure forte du cuivre avec des baguettes cupro-phosphore

L’autre alternative pour braser le cuivre consiste à utiliser des baguettes cupro-phosphore. Si la première technique peut s’effectuer avec une lampe à souder, la seconde, quant à elle, nécessite un équipement adéquat, comme un chalumeau oxyacétylénique. Le point de fusion des baguettes cupro-phosphore se trouve entre 600 °C et 900 °C. Ici encore, le port des équipements de protection est préconisé.

Quelle baguette pour braser l’acier ?

Pour l’assemblage du cuivre pur ou de plomberie, des alliages cuivreux, du cuivre et des alliages des métaux cuivreux et des aciers, l’idéal serait de réaliser une brasure forte avec le cuivre, le phosphore, l’argent ou l’argent 40 %. Ces baguettes garantissent une liaison parfaite entre les deux éléments à braser.

Elles sont pratiques pour l’assemblage des systèmes de canalisations, des capteurs pour les commandes motorisées, des carrosseries de véhicules, ou des pièces de moteur de haute qualité. La brasure pour acier est largement utilisée dans les industries de la technologie de mesure et de contrôle, de génie mécanique, d’hydraulique et de l’automobile. Pour les industries automobiles plus particulièrement, le brasage de l’acier peut se faire au laser. Avant de braser le métal, il est utile de prendre en compte un certain nombre de critères : la taille de l’assemblage, les métaux à assembler, l’épaisseur des profilés de métal de base, les exigences liées aux joints en ligne ou en relatives aux joints.