Un filtre coco est une installation d’assainissement individuel écologique agréée par le ministère de l’écologie !

Nous faisons le tour sur le fonctionnement de ce dispositif, souvent connu sous le nom de « filtre compact »… mais pas seulement.

Filtre coco

Le filtre coco est un système d’assainissement non collectif

Sans le tout-à-l’égout, vous être obligé d’installer un dispositif d’assainissement individuel de vos effluents domestiques. Le choix d’un tel système ne doit pas être pris à la légère. Il faut vous poser les bonnes questions et connaître les réglementations qui régissent ce domaine.

Ce n’est pas parce que votre voisin est très satisfait d’avoir installé une micro-station d’épuration pour sa résidence principale que vous devrez opter pour une telle installation pour votre maison de campagne.

Plutôt que cela, posez-vous les bonnes questions. Quels sont vos besoins réels en termes d’assainissement ? Quel est votre budget ? Quelle est la surface disponible sur votre terrain? Etc.

Ce guide vous explique quand et pourquoi choisir un filtre compact. Nous allons également voir comment fonctionne ce système et quel est son prix.

Filtre coco : avec des vrais bouts de noix de coco ?

Oui … et non !

Un filtre coco est en fait un filtre compact. C’est-à-dire que c’est un dispositif constitué d’une fosse septique, chargée de recueillir les eaux usées de la maison et de les pré-traiter, et d’un massif filtrant, qui procède au traitement de ces eaux.

C’est une filière agréée, parce que sa commercialisation est sujette à un agrément ministériel : on ne peut donc pas vendre ce genre de dispositif facilement !

Le filtre compact porte bien son nom, puisque son emprise au sol est très faible. Il est parfait pour les maisons avec peu de terrain, ou pour les résidences secondaires, car il supporte très bien un usage fluctuant.

Obtenez un devis gratuit sans engagementmicro-station

text-lines-1-300x300

Vous serez mis en contact avec :

  • Un expert de l'assainissement
  • Dans votre région
  • Qui étudiera votre projet personnalisé
  • Gratuitement
  • Sans engagement

Devis gratuit

Mais où est donc cette noix de coco ?

Vous vous en doutez, le filtre coco ne comporte pas de vrais bouts de chair de coco (mince !). Il existe en fait deux types de filtres : ceux qui utilisent des copeaux de coco, et ceux qui utilisent de la fibre de coco.

La différence entre les deux matériaux, qui composent le massif filtrant, est en fait assez minime, mais les fabricants proposent souvent l’un ou l’autre. La principale différence est que les filtres coco utilisant la fibre n’ont pas besoin de voir leur massif filtrant changé, simplement rechargé, contrairement aux filtre à copeaux de coco.

Dans le massif filtrant, les copeaux ou la fibre de coco servent à créer un environnement propice au développement bactérien : ce sont les bactéries qui vont épurer les eaux usées.

Pourquoi utiliser de la coco ?

Eh bien parce qu’étonnamment, l’enveloppe de la noix de coco est très résistante à la pourriture grâce à sa teneur élevée en lignine. Cela permet donc de ne changer le dispositif filtrant que très rarement voire, pour la fibre de coco, de ne pas changer du tout : simplement recharger.

Pour la fibre de coco, on peut aussi ajouter son pouvoir filtrant naturel, qui aide à l’épuration des eaux.

En bref, la fibre de coco constitue un filtre redoutable pouvant retenir les matières organiques. D’autre part, elle constitue un support efficace pour le développement des bactéries épuratrices qui lui permet d’offrir un haut rendement épuratoire. Elle offre également un entretien nettement moins important que les autres types de médias filtrants.

Le fonctionnement du filtre coco

Le fonctionnement du filtre coco est semblable à tous les autres dispositifs d’assainissement naturel, à ceci près qu’il n’utilise pas le pouvoir filtrant du sol, mais celui de la coco.

Les eaux ménagères et les eaux-vannes sont recueillies par la fosse septique, qui procède à leur prétraitement : les matières solides se décantent et forment des boues.

Ensuite, les effluents sont acheminés vers le massif filtrant, qui prend en charge leur traitement grâce aux bactéries qui sont présentes naturellement dans la cuve. Cette dernière assure également le rejet des eaux épurées dans le milieu naturel.

Il est bien possible de rejeter les eaux directement dans un cours d’eau, mais vous devez obtenir l’accord préalable du SPANC, c’est-à-dire le Service public de l’Assainissement non collectif. Cet organisme est mis en place dans votre commune pour contrôler l’installation et le bon fonctionnement de votre système d’assainissement non collectif.

Les avantages

Un filtre compact à base de coco a plusieurs avantages :

  • Compacité – très faible emprise au sol,
  • Il s’agit d’un dispositif écologique qui utilise une matière naturelle pour l’épuration des eaux,
  • Très faible entretien,
  • Éligible à l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ),
  • Installation facile et rapide,
  • Solution adaptée au neuf comme à l’ancien,
  • Filière durable : la fibre de coco est recyclable en compost.

Si vous avez des projets de réhabilitation ou de remplacement de votre assainissement individuel, n’oubliez pas de consulter notre liste des subventions auxquelles vous pourriez avoir droit, comme le Taux de TVA à 10%, par exemple.

Quelques inconvénients

Le filtre compact a beau être innovant et pratique, il possède toutefois certains inconvénients :

  • Il requiert souvent l’installation d’un poste de relevage,
  • Contrairement à la micro-station, il ne peut pas être installé hors-sol,
  • Il est deux fois plus encombrant qu’une micro-station,
  • La fibre de coco doit être changée ou rechargée tous les 10 ans. Le remplacement peut coûter environ 1000 euros,

Quel modèle de filtre compact vous faut-il ?

De nombreux critères doivent être pris en compte lorsque vous voulez installer un filtre compact. Mais le plus important c’est le dimensionnement de la filière, exprimé en EH ou Équivalent habitant.

Le dimensionnement doit être réalisé en fonction des besoins réels des occupants de votre logement, sinon la filière risque de ne pas pouvoir fonctionner correctement.

Pour vous donner une idée de la capacité estimative de votre filière, vous pouvez toutefois vous baser sur une règle de calcul simple :

1 Équivalent habitant = 1 pièce principale.

Cette relation est définie par l’arrêté du 7 mars 2012.

Selon les règlementations françaises, une pièce principale (PP) est une unité dédiée au séjour ou au sommeil ; à condition qu’elle dispose d’une ouverture laissant passer l’air libre et la lumière, d’une surface d’au moins 7 m2 et d’une hauteur sous plafond d’au moins 2,50 m.

Prenons l’exemple d’un logement qui comprend :

  • Deux chambres à coucher d’une surface de 14 m2 et 15 m2,
  • Un bureau de 8 m2,
  • Une salle de séjour de 30 m2,
  • Une cuisine de 10 m2.

Pour ce logement, on comptabilise donc 4 PP, c’est-à-dire que vous pouvez installer un filtre compact de 4 ou 5 EH pour assainir vos eaux usées, en prenant en compte que le bureau pourra encore être transformé en une pièce de vie après quelques années.

Pour vous procurer ce modèle de filtre compact, prévoyez environ 5 000 euros pour un modèle Seta 5 EH de Tricel, ou environ 5 200 euros pour un modèle 5EH Ecoflo de Premier Tech Aqua.

Règles d’implantation

Votre filtre compact doit être accessible aux techniciens qui réalisent les opérations d’entretien et de vidange. Il ne doit pas également être soumis à des charges statiques et roulantes.

Sinon, vous devez connaître certaines distances minimales d’implantation à respecter pour éviter une éventuelle pollution ou toute autre nuisance du voisinage.

  • Selon la NF DTU 64.1, NF P 16-006, le dispositif doit être posé à plus de 5 mètres de votre habitation.
  • Certaines réglementations et bonnes pratiques préconisent de mettre le dispositif à 3 mètres d’un arbre ou des limites de propriétés (haies, clôture, etc.).
  • Il existe aussi une exigence réglementaire qui stipule que le dispositif doit se trouver à 35 mètres d’un système de captage d’eau destinée à la consommation humaine (puits, forages, source d’eau, etc.).

Bien entendu, il est parfois difficile de se conformer à ces réglementations. Votre bureau d’études est dans ce cas le plus habilité à définir la solution d’implantation idéale en fonction des caractéristiques de votre terrain.

L’installation du filtre compact en quelques étapes

Le filtre compact doit être enterré lors de sa pose. Cette opération doit suivre les étapes suivantes, lesquelles s’appliquent tant à la fosse toutes-eaux qu’au massif filtrant.

1-Réalisation des fouilles

Votre spécialiste doit creuser un trou assez grand pour recevoir la fosse et le massif filtrant, en veillant à ce qu’ils n’entrent pas en contact avec les parois de la fouille. Ensuite, il va déposer un lit de sable de 10 cm d’épaisseur au fond de du trou pour stabiliser les deux cuves. Celles-ci peuvent alors être placées.

2- Installation

Les cuves sont installées, puis parfaitement mises à niveau et centrées par rapport à la fouille. Votre spécialiste s’assure également à respecter le sens d’écoulement des effluents.

3- Raccordement

Une fois posées, les cuves sont remblayées avec du sable. Parallèlement, elles sont remplies d’eau claire afin d’équilibrer les pressions.

Les tuyaux qui vont acheminer et évacuer les eaux usées peuvent ainsi être raccordés au dispositif, et ce, de façon étanche.

Si un poste de relevage doit être installé en aval, le spécialiste de l’assainissement va créer une tranchée pour le passage du câble électrique.

4- Mise en marche

Lorsque ces opérations sont réalisées, votre installation va être contrôlée par le SPANC et, après autorisation, être remblayée avec de la terre végétale dépourvue de tout élément pointu ou caillouteux.

Entretien du dispositif

D’une manière générale, un entretien annuel suffirait pour garder le filtre compact en bon état. Il convient toutefois de vérifier hebdomadairement son bon fonctionnement. Au cas où le système présenterait un dysfonctionnement ou dégagerait une odeur inhabituelle, veuillez contacter un spécialiste de l’assainissement.

Lors de l’entretien annuel, le spécialiste va réaliser plusieurs opérations (Scarification de la fibre de coco, vérification mécanique et nettoyage de l’auget basculant, etc.).

Tous les 2 à 4 ans, il faut également réaliser la vidange de la fosse.

Après une dizaine d’années, la fibre de coco doit être rechargée, contrairement aux autres médias filtrants qui doivent être remplacés.

Les coûts à prévoir

En ce qui concerne les coûts d’investissement, vous devez considérer le prix de la filière et celui de sa pose. Cela varie en moyenne entre 8 000 et 11 000 euros selon le fabricant et le dimensionnement du système.

Coûts de fonctionnement : c’est pratiquement nul, car le système n’intègre aucun équipement électromécanique et fonctionne sans énergie.

L’entretien du filtre coco peut se faire dans le cadre d’un contrat annuel, mais vous pouvez faire appel à un spécialiste agréé pour réaliser cette opération. Dans tous les cas, le prix de la prestation ne devrait pas aller au-delà des 200 euros.

La réglementation impose une vidange des boues lorsque leur volume atteint 50 % de la cuve de prétraitement. Cette opération coûte environ 200 à 300 euros.

Les dépenses liées aux contrôles d’un filtre compact

Pour chaque étape d’installation d’un filtre compact, il faut adopter une démarche méthodique pour assurer un résultat fiable et durable.

Avant tout, n’oubliez pas de faire faire une étude du sol de votre parcelle par un bureau d’études.

Vous devez également contacter votre mairie qui vous indiquera le SPANC dont vous dépendez. Après étude, ce service vous attribuera l’autorisation de la mise en œuvre des travaux. C’est aussi lui qui va contrôler la bonne exécution des travaux avant le remblaiement du dispositif.

Vous pourrez ensuite choisir le modèle de votre filtre coco en fonction des résultats de l’étude et des recommandations du SPANC.

Ces opérations peuvent couter quelques centaines d’euros, mais elles sont indispensables si vous voulez avoir une filière d’assainissement conforme à la loi et aux normes en vigueur.

Conclusion

Auparavant, la fosse toutes-eaux avec épandage était la seule solution qui permettait de traiter les eaux usées lorsque le raccordement au tout-à-l’égout n’est pas possible. Actuellement, il existe de nombreuses autres filières comme la micro-station, le filtre planté, les toilettes sèches, etc.

Les particuliers peuvent donc s’y perdre lorsqu’ils doivent choisir le dispositif d’assainissement autonome le plus adapté à leur logement. C’est notamment pour cette raison que nous avons décidé de faire le tour du filtre compact qui fait partie des filières agréées.

Ce dispositif écologique offre une emprise au sol réduit à l’extrême et supprime les champs d’épandage traditionnels. C’est aussi un dispositif fiable et durable pour épurer vos eaux usées domestiques.